Covid-19 : quel est l’impact du confinement sur les salons de coiffure et instituts de beauté ?

S'appuyant sur une enquête auprès de l’ensemble des salons ayant utilisé Wavy sur une période allant de janvier 2019 à octobre 2020. Cet article donne un aperçu de l'impact du coronavirus (COVID-19) sur les salons de coiffure, instituts de beauté et barbershops. 

Attention, l’étude s’arrête au 31 octobre, c’est-à-dire avant le second confinement. L’étude sera mise à jour en janvier 2021.


La pandémie de coronavirus continue d'affecter de manière significative le secteur de la coiffure et de la beauté. Beaucoup ont du mal à s'adapter aux changements soudains qui ont affecté le fonctionnement de leurs établissements.

Sans parler des fermetures forcées qui mettent forcément à mal ce secteur qui contribue pour plus de 6 milliards d’euros à l'économie française. Cela a été une pilule amère à avaler et a laissé de nombreux professionnels en colère.


Un secteur particulièrement touché par la crise du coronavirus

L’ampleur économique de la pandémie Covid-19 sur le secteur de la beauté (salons de coiffure et instituts de beauté principalement) est encore difficile à constater. Il nous faudra attendre plusieurs mois avant d’établir un constat précis. Cependant, même si évidemment les salons ont été durement touchés, le secteur semble montrer une forme de résilience. 

Sur la période Janvier-Octobre, les salons affichent une perte moyenne de 13 500 € de CA par rapport à 2019. Ce qui représente plus de 13% de perte de CA.

Evidemment, la fermeture forcée de 8 semaines entre mars et début mai est la grande responsable. 

On note en avril, une perte de chiffre d'affaires évidente de quasiment 100% du CA par rapport à avril 2019. Sur mars, la situation est la même puisque une perte de 53,76% est à noter (pour rappel, le confinement a commencé le 17 mars à minuit). 

Sur ces deux mois, les salons de coiffure et instituts de beauté ont perdu près de 17 000 € de chiffres d’affaires soit 14% du CA de l’année 2019. 

Avec le second confinement, c’est plus de 10 000 € en plus de pertes sèches auxquelles les salons seront confrontés. On estime donc à une perte de 20% de chiffre d’affaires en 2020 dans le meilleur des cas. Et cela pourrait monter à 30% en fonction des prochaines annonces gouvernementales. 

Les salons résilients malgré tout

La situation est catastrophique pour tous les salons de coiffure, instituts de beauté et barbershops. 

Mais cela aurait pu être encore pire. 

En effet, les salons ont d’abord profité d’un début d’année prometteur, avec une hausse de CA de près de 10% entre janvier et février. 

Ensuite, malgré les craintes que l’on pouvait avoir au moment du déconfinement, les français se sont rués dans les salons. Ainsi, sur le mois de mai, on note une progression de 5,32% alors même que les salons n’ont pu ouvrir qu’à partir du 11 mai, soit seulement 3 semaines dans le mois. 

Enfin, cette hausse est restée sur les mois suivants (+1,52% en juin, +3,64% en juillet, +6,14% en septembre). Seul le mois d’août fut décevant avec une diminution du CA de 6,3%). 

On pourrait penser que ces hausses sont dues aux frais supplémentaires “Covid” que certains salons ont appliqués après le confinement. Mais avec moins d’un salon sur deux appliquant une “taxe covid”, pour un montant de 2.4€ en moyenne, la hausse du CA ne peut pas s’expliquer uniquement avec cette raison. 

La hausse du panier moyen de 6,7% (3€ en moyenne) est également une partie de l’explication. Les salons ont pris conscience de leur valeur ajoutée et n’ont pas hésité à augmenter un peu leur prix. Tout comme les français, qui n’ont pas hésité à payer un peu plus cher, ainsi qu’à acheter plus de produits de revente à leur salon. 

Cela prouve l’attachement des français à leur salons, même s’ils ne sont pas considérés par le gouvernement comme “essentiels”. 


Le covid-19, déclencheur de la digitalisation des salons ? 

Ces confinements auront eu également un effet de bord inattendu. Alors que le secteur accuse encore un retard sur le sujet de la digitalisation, les professionnels ont eu tendance à beaucoup s’équiper pour préparer le déconfinement. Notamment sur la réservation en ligne. 

Alors que la réservation en ligne de l’ensemble des salons Wavy (équipés ou non de la réservation en ligne, avec ou sans rendez-vous) représentait 6,22% des visites en décembre 2019, elle représente désormais 16,69 % des visites (en octobre 2020). 

On notera que la progression mensuelle de ce taux était de 0,48% avant le confinement. Elle est de 0,93% depuis mai.

Les salons s'équipent donc. Parmi les clients Wavy, 15,40% des salons avaient activé la réservation en ligne en 2019 contre 40,40% en 2020 !

Mais l’intérêt est aussi poussé par les consommateurs, qui intègrent désormais cette réservation en ligne comme une habitude. 

On se rend compte en effet, que la progression du taux de réservation en ligne est spectaculaire pour les salons ayant cette option activée.
En 2019, 19,22% des réservations de ces salons étaient prises en ligne. En 2020, c’est 45,6% de leurs réservations qui sont désormais prises en ligne. 

Passez à la réservation en ligne

50% des rendez-vous sont pris en dehors des horaires d'ouvertures de votre salon...
Ne loupez plus un rendez-vous en intégrant la résa en ligne directement à votre site web


Quel avenir pour les salons ?

Cette année 2020 sera évidemment à oublier pour l’ensemble du secteur. Une baisse de 20 à 30% du chiffre d'affaires sera à déplorer. 

Près de 3% des salons ont d’ores et déjà fermé définitivement depuis le mois de mars. 

À n'en pas douter, ce chiffre explosera dans les prochaines semaines / mois, notamment lorsque les différentes aides ne seront plus disponibles et que les premiers remboursements de prêt arriveront. 


La majorité des salons ont déjà montré une grande résilience durant cette période, bien aidé par leur clientèle qui a su se montrer fidèle.  Ce secteur en croissance s'est avéré un succès à la suite de la récession du 1er confinement et peut jouer un rôle précieux dans la reprise économique post-pandémique. 

Les bons chiffres hors confinement sont là pour le prouver. Les salons de coiffure et instituts de beauté restent des commerces essentiels. Nous aurons toujours besoin d’eux.

Il est temps que le gouvernement soutienne la reprise pour relancer les plus en difficulté et permettre à ceux qui s’en sortent de se développer sainement pour résister ces prochaines années. 


Ecrit par
Farah
Intéressée depuis toujours par la beauté et la coiffure, je suis Content Manager chez Wavy. Je suis ravie de pouvoir aujourd'hui partager avec vous mes découvertes sur ce secteur.

Also to be consulted